Culture et patrimoine

Histoire & tradition

L‘étymologie du nom de Bramans est assez difficile à déterminer : on ne retrouve que des traces sur des manuscrits où il apparaît : vers 1338 pour la plus ancienne, puis dans une liste des possessions de la Maison de Savoie qui mentionne parmi elles “Cinisius Minor” (traduction : le Petit Mont-Cenis), et “Bramovicum olim Metropolis” : Bramans autrefois Métropole, signifiant ainsi que par le passé Bramans a eu un rôle très important.

Les traditions bramanaises se retrouvent particulièrement dans la fête patronale du village, tous les 15 août. La fête patronale du 15 Août commence, dès le matin 7h, par le réveil au clairon du village, par des membres de la clique des Sapeurs pompiers. Vient ensuite la revue par le Maire de la compagnie des Sapeurs pompiers.
Selon que le groupe organisateur du pain béni appartient au “Chef-lieu” ou au Verney, cette revue a lieu au Verney ou sur la place de la Mairie de Bramans. Un cortège s’organise ensuite et part de Bramans ou du Verney, selon l’origine du groupe organisateur.
La clique, les sapeurs en tenue Empire et les pompiers ouvrent la marche. A l’occasion, certaines femmes et certains hommes arborent leurs costumes anciens traditionnels, habits de dimanche et de jours de fête au siècle dernier et spécifique au village.

18-fete-du-15-aout

Fête du 15 août

24-oratoire-saint-dominique

Oratoire Saint Dominique

Art baroque

En Savoie, État indépendant jusqu’en 1860, l’art baroque apparaît dans le courant du XVIIe siècle. C’est un art nouveau en rupture avec le classicisme, d’un style en évolution constante, appelé plus tard “art baroque”.

Attaché à son histoire, Bramans garde la mémoire du passage des pèlerins et des voyageurs en partance vers l’Italie symbolisée par l‘église de Saint Pierre d’Extravache classée monument historique et par l’architecture des vieilles maisons du village. D’après la tradition, qui paraît sérieuse aux historiens, c’est à Extravache que fut fondée la première chrétienté de Maurienne et de Savoie.

C’est ainsi qu’au XVIIe siècle, l’on voit fleurir en Savoie avec la reconstruction des églises, des centaines de retables dorés ou polychromes où s‘épanouissent des nuées d’angelots, où fleurit la colonne torse. La profusion du décor, l’usage immodéré des ors, des couleurs, des jeux de lumière, des lignes courbes ; la saturation de l’espace, le mouvement, caractérisent cet art nouveau chargé de préfigurer la beauté du Paradis ; il illumine les églises et chapelles savoyardes.

Dans les hautes vallées de Savoie où le bois abonde, ce matériau remplacera le marbre italien fournissant ainsi aux sculpteurs valsésians ou mauriennais l’occasion de s’illustrer pour l‘édification des fidèles… et pour notre plaisir.

A la dureté du roc, du froid, du fer répondront la douceur et la chaleur du bois sculpté et peint. La vérité sans doute est ailleurs mais le paysan du XVIIe siècle n’a ni le loisir ni le courage de chercher une autre voie que celle du monde qui l‘écrase, mais qu’il ne méprise pas.

Le costume de fête et l’or des retables lui suffisent. Du lit de souffrance, le monde devient par le miracle du lieu saint, antichambre du Paradis. L‘âme se réchauffe et vibre au contact du Beau qu’elle se donne !

Les hautes vallées de Tarentaise, Maurienne, Beaufortin, Val d’Arly comptent ainsi des centaines d‘églises et de chapelles dans lesquelles, les paroissiens, jadis, ont voulu manifester, avec leur foi, leur conception de la beauté.

En savoir plus sur l’art baroque

Un cadre et des paysages exceptionnels

La grande richesse de Bramans est l’immense domaine montagnard de la commune (10000 ha) composé d’une part de forêts de mélèzes et d’aroles et d’autre part de hautes vallées vierges avec leurs vastes pâturages, leurs lacs d’altitude, leurs glaciers et leurs faunes et flores exceptionnelles. Des randonnées de tous niveaux et de toutes sortes, de 1200m à 3400m d’altitude sont ainsi possibles.

Bramans se trouve face au Parc National de la Vanoise, espace naturel protégé de 53 000 hectares, avec sa faune et sa flore préservées, et quadrillé par 600 km de sentiers et une quarantaine de refuges. De plus, le Parc national de la Vanoise est limitrophe avec le Parc National italien du Grand Paradis.

C’est ainsi que ces 2 parcs jumelés constituent la plus grande réserve protégée d’Europe Occidentale. Vous pourrez admirer en suivant les sentiers balisés du parc national de la Vanoise, côté faune, bouquetins, chamois, aigles royaux, marmottes, lièvres variables, côté flore, sabots de Vénus, chardons bleus, ancolies des Alpes et plus de deux mille autres espèces donnent de merveilleuses teintes aux prairies.

En savoir plus sur la Vanoise : Site officiel du Parc de la Vanoise

21-lac-d-ambin

Lac d’Ambin